Sommaire

Epilation et sport de haut niveau : quand les athlètes font la chasse aux poils


L’épilation est souvent considérée comme une pratique d’ordre purement esthétique, y compris par la plupart des sportifs amateurs. À tord...



sportif de haut niveau épilé
Corps glabres, aisselles impeccables, jambes lisses et sourcils bien dessinés sont en effet autant de codes esthétiques qui répondent aux canons de la mode actuelle. En règle générale, la plupart des femmes et des hommes qui s’épilent le font donc uniquement dans cette optique. Mais en est-il vraiment de même dans le sport de haut niveau ? C'est ce que nous allons tenter de décrypter.

Les dieux du stade et l’épilation

Icônes médiatiques s’il en est, les sportifs de haut niveau aux corps sculptés et imberbes ont considérablement influencé cette mode de l’épilation à tout-va au cours de la dernière décennie.

Le monde de la publicité s’étant emparé des valeurs véhiculées par les athlètes à des fins commerciales, un corps sain ne se représente désormais plus qu’à travers un physique bien dessiné, si possible bronzé et/ou tatoué, et généralement glabre, à de très rares exceptions près. Footballeurs, nageurs, athlètes, cyclistes…

Aucune discipline sportive ne semble pouvoir échapper à cette règle, y compris parmi celles qui sont considérées comme de véritables panthéons de la virilité masculine, comme le rugby, le football américain, le catch ou la boxe. Pour autant, l’épilation représente pour les sportifs bien plus qu’un simple soin du corps d’ordre esthétique.

Quand moins de poils rime avec performance sportive

Dans certaines disciplines sportives comme la course à pied ou la natation, les performances et les classements officiels enregistrés en compétition se jugent souvent au dixième de secondes près.

Lors des derniers Jeux Olympiques de Londres par exemple, la médaille d’or du 50 mètres nage libre remportée par Florent Manaudou s’est ainsi jouée à 20 dixièmes de seconde seulement (21’34’’ pour F.Manaudou contre 21,54‘’ pour C.Jones et 21,59‘’ pour C.Cielo).

Même constat en ce qui concerne le sprint du 100m remporté par l’extra-terrestre Usain Bolt : 9’63’’ pour Bolt, contre 9’75’’ pour Y.Blake et 9’79’’ pour J.Gatlin.

Mais que vient donc faire l’épilation des poils dans ces performances sportives, vous demandez-vous ? Elle y joue en fait un rôle non négligeable, car l'épilation a une influence directe sur l’aérodynamisme et la résistance à l’effort, des facteurs qui permettent de faire la différence à un tel niveau de compétition. Rien n'est donc laissé au hasard.

Une étude scientifique, conduite sur des nageurs de haut niveau par le très sérieux American College of Sport Medicine aux USA, a ainsi démontré que les nageurs qui s’étaient épilés juste avant une compétition de 400m (brasse) avaient un taux de lactate dans le sang (acide lactite) et un VO2 (consommation maximale d’oxygène) nettement inférieurs pendant la course que les nageurs qui ne s’étaient pas épilés. L'épilation leur aurait donc permis d’augmenter sensiblement leur niveau de performance et de résistance à l’effort, contre toute attente.

L’épilation pour des considérations purement pratiques

La seconde raison factuelle qui conduit généralement les athlètes à s’épiler les poils du corps est d'ordre pratique.

Toujours en quête de performances, de nombreux sportifs de haut niveau utilisent des équipements conçus avec des matériaux de haute technologie, portés très près du corps comme une seconde peau (donc difficiles à enfiler ou à retirer). Cela leur permet d'améliorer sensiblement leur coefficient aérodynamique en limitant la résistance de leur corps en mouvement dans l’air ou dans l’eau, afin de gagner de précieuses fractions de seconde à l'arrivée.

Combinaisons, cuissards, collants, shorts et maillots sont donc autant de vêtements qui nécessitent d’être bien épilé avant de les porter, sauf à se complaire dans une certaine forme de masochisme.

Sport de haut niveau, massages, blessures et épilation

La troisième et dernière raison qui explique le goût prononcé des sportifs de haut niveau pour l’épilation est tout simplement liée à leur hygiène et à l’entretien régulier de leurs muscles et de leurs articulations.

En effet, aux séances d’entraînements intensifs et aux compétitions succèdent généralement d’autres séances, de kinésithérapie ou d’ostéopathie cette fois. Une étape essentielle pour permettre à leur physique de récupérer rapidement et de rester au top en terme de performances dans la durée.

Inutile dans ce cas de vous expliquer pourquoi il est plus agréable et plus pratique, autant pour le masseur que pour celui qui est massé, d’effectuer ou de subir ce type de manipulation sur des zones du corps qui ont été préalablement épilées.

Même constat en ce qui concerne les blessures dont sont parfois victimes les sportifs après avoir subit une chute ou un choc. Le fait d’avoir un corps épilé leur permet d’éviter les infections d'origine bactérienne et la cicatrisation s'en trouve accélérée.
 
Sport de haut niveau et épilation entretiennent donc une relation qui va bien au delà des diktats esthétiques de notre époque.