Sommaire

Epilation des aisselles


L'épilation des aisselles relève autant du souci hygiénique que de l’esthétique. 73% des femmes et une proportion croissante d'hommes y ont ainsi recours régulièrement.



Sa pratique atteint même des sommets chez les jeunes femmes de 15 à 25 ans, puisque 90% d’entre-elles s'épilent régulièrement cette zone du corps. L'épilation des aisselles est donc très largement plébiscitée dans notre société.

Les aisselles étant l'une des parties particulièrement sensible de notre corps, il nous faut faire impérativement le bon choix au niveau de la méthode d'épilation ou de dépilation employée, afin de limiter les micro-coupures, les petits boutons et autres inflammations disgracieuses qui sont le lot des débutantes…

Epilation des aisselles : attention, zone sensible !

Comme pour toutes les zones sensibles de notre corps, la préparation et l’hygiène sont fondamentales pour une épilation réussie. La peau des aisselles étant en effet très fine et les poils épais, un gommage avant l’épilation et une bonne hydratation après (crème hydratante) sont fortement recommandées pour se prémunir contre les petits boutons et les poils incarnés.

Autre petit souci que nous connaissons toutes : les poils de cette zone du corps n’en font qu’à leur tête et ont une fâcheuse tendance de ne pas pousser dans la même direction. Aussi faut-il les préparer avec soin pour les assouplir au préalable, afin de favoriser une épilation des aisselles la plus efficace et la moins douloureuse possible.

Notre conseil :

Effectuez tout d’abord un gommage, puis savonnez vous ensuite avec une solution antiseptique de type Septivon (en vente en pharmacie) avant de procéder à votre épilation des aisselles. Le gommage (au grain de sel de mer micronisé par exemple) éliminera la plupart des impuretés, favorisera la dilatation des pores de votre peau et assouplira vos poils, tandis que le Septivon (ou équivalent) désinfectera en douceur et sans douleur la zone concernée.

Autre technique souvent plébiscitée pour son efficacité : le gant de crin et le savon noir, à condition toutefois de ne pas se frotter les aisselles avec trop de vigueur, au risque de s’irriter à outrance…